Cercle de Silence

La Petite Vigne est partie prenante des Cercles de Silence depuis août 2008, date du 1er cercle de Silence de Colmar qui regroupe 18 associations.

Ce sont les Frères Franciscains de Toulouse qui en sont les initiateurs. Fin 2007, ils protestent contre la création d’un Centre de Rétention Administrative en créant un mouvement de silence et de prière d’une heure par mois. Des associations religieuses, laïques et politiques se joignent à ce mouvement.

Le Cercle de Silence est un rassemblement silencieux, non violent, dont le but est de dénoncer l’enfermement dans des Centres de Rétention Administrative des personnes étrangères en situation irrégulière, pour le seul motif d’être entrées en France pour mieux vivre ou sauver leur vie.

Les retenus, enfermés sans jugement, deviennent vulnérables et ont de graves difficultés à faire respecter leurs droits.

Les expulsions ont créé des situations familiales inextricables : enfants en Centre de Rétention, familles disloquées, personnes expulsées dans un pays où elles risquent de graves dangers.

Les signataires des Cercles de Silence ont interpellé notre gouvernement actuel pour un changement de la loi en profondeur avec un souci de justice visant à ne pas compromettre l’avenir de tous ceux qui n’ont pas d’autre choix que de se retrouver en exil dans notre pays.

En France, il existe 180 Cercles de Silence où des milliers de personnes manifestent en silence durant une heure. Près de chez nous, vous pouvez vous rendre à :

Colmar : rendez-vous tous les 30 du mois de 18 h à 19 h Place Unterlinden

 

Guebwiller : rendez-vous le dernier samedi de chaque mois de 17 h à 18 h Place de l’Hôtel de Ville

 

Mulhouse : rendez-vous le dernier samedi de chaque mois à 16h30 Place de la Réunion

 

Sélestat : le dernier samedi de chaque mois de 14 h à 15 h Place de la Victoire.

 

C’est un moment fort qui interpelle souvent les piétons et qui permet de les informer.

N’hésitez pas à vous joindre à cette manifestation pacifique pour signifier votre détermination à ne pas laisser s’installer des lois injustes sur notre territoire.

Avec ou sans papiers, l’étranger est une personne.

La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte.

Notre silence le crie !